Être acteur de sa santé

Stress, fatigues, douleurs, dépendances, addictions, conflits … Stop !!! Il est temps de changer ce qu’il faut en vous ou autour de vous pour retrouver la paix et la sérénité. Et si vous décidiez maintenant d’en finir avec tous ces maux pour devenir acteur de votre santé et de votre bien-être !

La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.

Cette définition de l’OMS (Préambule à la Constitution de l’Organisation mondiale de la Santé, tel qu’adopté par la Conférence internationale sur la Santé, New York, 19 juin -22 juillet 1946; signé le 22 juillet 1946 par les représentants de 61 Etats. (Actes officiels de l’Organisation mondiale de la Santé, n°. 2, p. 100) et entré en vigueur le 7 avril 1948», n’a pas été modifiée depuis 1946.

Cela veut dire que la santé dépasse le domaine de la seule expertise du médecin, pour intégrer celle du responsable de votre bien-être et de votre qualité de vie : Vous même. L’expression « Acteur de sa santé » relève d’un message positif qui vise soit à être conscient de sa santé et des moyens de la maintenir, soit à inverser autant que possible le sentiment de passivité et de soumission à la double loi de la maladie et de la médecine, en reprenant sa santé en mains pour collaborer avec le médecin et favoriser sa guérison.

Être acteur, ou responsable de sa santé ne signifie cependant pas coupable de sa maladie, puisque celle-ci est liée à de multiples facteurs concomitants que l’on ne peut ni identifier de façon certaine, ni contrôler complètement. L’enjeu qui devient réalisable de nos jours grâce à la prévalence des médias, est de recevoir une information précise, mais simple et claire en même temps, pour participer avec le médecin, à favoriser ou améliorer sa santé.

Les études en psychosomatique, notamment celles menées depuis 30 ans par le professeur J.B.Stora au CHU de la Pitié Salpêtrière, montrent que le pronostic médical est très largement amélioré par la qualité de vie, ainsi que par les paramètres psychiques et environnementaux des personnes étudiées.

Les prédictions gouvernementales pour les années 2020 indiquent d’ailleurs une modification des comportements des patients, qui seront de plus en plus informés et exigeants, devenant de réels experts, partenaires, dans leurs propres soins de santé. Les estimations de l’OMS révèlent qu’environ un être humain sur deux est aujourd’hui atteint d’une maladie chronique. Sachant que nous sommes les mieux placés pour agir sur notre hygiène de vie, nous avons tous les jours la possibilité d’améliorer notre état de santé, quelque soit notre degré de résistance physique ou psychique. Nous sommes donc tous, quelque soit notre contexte de vie ou notre constitution physique, toujours acteurs de notre santé. Les maladies chroniques en particulier, sont des phénomènes qui évoluent lentement sur de très longues périodes de fragilisation de l’organisme aussi bien physiquement que psychiquement, au cours desquelles, l’influence de l’environnement et de la qualité de vie joue un rôle prédominant.

Être acteur de sa santé, n’est pas refuser de se fatiguer, ni se réfugier dans une peur paranoïaque de toute substance potentiellement « mauvaise pour la santé », mais au contraire, prendre conscience qu’il existe plein de petites choses simples que nous pouvons effectuer au quotidien pour améliorer notre état général, sans pour autant vivre autrement.

Selon le Rapport de la mission « Nouvelles attentes du citoyen, acteur de santé » présenté par Emmanuel HIRSCH, directeur de l’espace éthique de l’AP-HP en janvier 2011, les patients atteints de maladies chroniques souhaitent non seulement pouvoir mener le plus possible une vie normale avec une qualité de vie la plus optimale possible, mais de plus, participer activement à la prise en charge et au suivi de leur maladie. Ils sont aidés en cela par l’essor des technologies de l’information et de la communication, le perfectionnement des dispositifs et techniques thérapeutiques, ainsi que la délivrance d’informations qui leur permettent d’être associés aux choix qui les concernent aux côtés des professionnels, comme des personnes confrontées aux mêmes réalités, afin de partager expériences, expertises et ressentis et les faire reconnaître dans les stratégies de soin.

La Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé 1986, précise ceci : « La promotion de la santé a donc pour but de donner aux individus davantage de maîtrise de leur propre santé et d’avantage de moyens de l’améliorer. Pour parvenir à un état de complet bien-être physique, mental et social, l’individu ou le groupe, doit pouvoir identifier et réaliser ses ambitions, satisfaire ses besoins et évoluer avec son milieu ou s’y adapter. La promotion de la santé ne relève donc pas seulement du secteur de la santé ; elle ne se borne pas seulement à préconiser l’adoption de modes de vie qui favorisent la bonne santé ; son ambition est le bien-être complet de l’individu. »

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close